France
Skip navigation links

Courir après bébé

Nous espérons que vous apprécierez ce post d’invité par Sara @therunningwife, ambassadrice Garmin.

Bonjour ! Le dernier article que j’ai publié parlait de l’aventure de courir pendant la grossesse.

Le 1er décembre 2016, mon mari et moi avons accueilli notre petit Easton. Ce fut l’un des plus beaux jours de ma vie et une expérience que je n’oublierai jamais.

Je me suis qualifiée pour l’édition 2017 du Marathon de Boston en octobre, avant de tomber enceinte. Une telle course 4 mois après mon accouchement était clairement un projet ambitieux, mais je savais qu’il fallait au moins essayer, sinon je le regretterais toute ma vie.

Dès que mon médecin m’a donné son autorisation officielle, j’ai remis mes chaussures de course pour me replonger dans le bain. La course à pied post-natale a été pour moi un nouveau monde et l’un des voyages les plus enrichissants de ma vie. Je m’entraine pour le Marathon depuis 5 semaines maintenant, et cette activité continue à m’apprendre énormément de choses sur moi-même comme sur le sport post-natal.

Tout d’abord, il ne faut pas avoir d’attentes…du tout. Nous, nouvelles mamans, on fait déjà face à des pressions de tous les côtés. La course ne doit pas en rajouter. Je commence donc chaque entraînement sans aucune attente. Il y a bien sûr des exercices que j’essaie de faire pour me préparer, mais si mon corps me dit non…eh bien non c’est non. Entre les nuits blanches, les pics de croissance, et puis tout l’apprentissage de ce que c’est que d’être maman, il vaut mieux se ménager pendant cette période.

N’oubliez pas de travailler le renforcement musculaire en plus de courir. L’accouchement porte un coup aux muscles et au corps en général. Il faut du temps pour reconstituer ses forces, surtout au niveau du plancher pelvien et des muscles abdominaux. J’essaie de me concentrer sur ces aspects même avant de me mettre à courir. Pour une course post-natale optimale, il faut renforcer les parties du corps qui ont été affaiblies.

Article de blog

Tout en déployant tous vos efforts, n’oubliez pas de fêter les réussites, même les plus petites ! Un bon entraînement ? Un nouveau record personnel depuis l’accouchement ? C’est l’occasion de faire la fête ! Les derniers mois ont été si durs pour votre corps que même les petites réussites, quand elles interviennent après un accouchement, sont à savourer.

Mais je vous préviens que, comme pour tous les aspects de la vie, vous risquez de vous retrouver dans le piège de la comparaison. Je ne peux même pas compter le nombre de fois où on m’a dit que « tu reviendras encore plus rapide », mais j’attends encore ce moment. J’avais l’impression de repartir à zéro et c’est très bien comme ça. Notre corps gère la grossesse à sa manière – toujours unique – donc prenez ce que vous propose votre corps et respectez ses limites. Essayer de devancer son corps avant qu’il soit prêt entraînera immanquablement des blessures, mais avec un peu de patience vous y arriverez.

Enfin, la course à pied post-natale, si elle n’est pas toujours très agréable, reste l’expérience la plus enrichissante qui soit. Chaque fois que je cours et que je rentre ensuite à la maison pour voir un sourire éclairer le visage de mon petit garçon, je fonds ! Je n’aurais jamais pu imaginer la joie que je ressens aujourd’hui à savoir que je suis forte car je suis maman. La course post-natale n’est pas toujours facile – au contraire c’est parfois franchement pénible – mais comme pour toute chose, la régularité, la persistance et la détermination vous porteront loin.

N’arrêtez jamais de poursuivre vos objectifs et vous y arriverez, je vous le promets !

Partager.