France
Skip navigation links

Des résultats basés sur les données

Par Kiel Reijnen, Team Trek-Segafredo

À une époque où l’information est abordable, abondante et aisément accessible, il semble logique de penser que plus nous avons d’informations, mieux c’est ! Mais pourquoi consulter uniquement la fréquence cardiaque moyenne alors que vous pourriez mesurer la puissance instantanée produite par votre jambe gauche ?

À mon avis, ces données ont une importance et une pertinence variables suivant vos objectifs. Il est parfois difficile de suivre l’évolution rapide de la technologie. C’est pourquoi je pense que le plus important est de partir de vos objectifs pour identifier les informations qui seront les plus utiles pour vous. Exploitez la technologie pour atteindre vos objectifs au lieu de devenir son esclave. J’entends trop souvent des cyclistes se plaindre de ne pas avoir battu leur record de puissance sur 20 minutes de l’année précédente ou que leur fréquence cardiaque maximale de leur dernière course semble inatteignable. Il est important de garder à l’esprit que les informations ne sont utiles que dans un contexte donné. Peut-être avez-vous perdu 5 kg par rapport à l’année dernière et, bien que vous n’ayez pas atteint la même puissance maximale sur 20 minutes, vos watts/kg ont pu augmenter. Peut-être avez-vous atteint votre fréquence cardiaque maximale il y a trois ans dans une course pour laquelle vous étiez bien reposés et la température ne dépassait pas 30 °C. Ce que je veux dire c’est que, bien qu’il soit souvent intéressant d’enregistrer chaque donnée, ces données n’ont pas toute la même utilité au présent ainsi que rétrospectivement.

Si votre objectif est simplement de perdre du poids, peut-être que les seules données pertinentes seront la fréquence cardiaque et le temps. Si votre objectif est de battre votre record sur une ascension, la température, le poids corporel la puissance moyenne pendant un effort minuté seront les outils les plus utiles pour vous. Si vous avez subi une déchirure des ligaments croisés en jouant au football et avez découvert que le cyclisme pouvait être utile pour votre rééducation, l’équilibre de puissance et l’efficacité du coup de pédale peuvent être les informations les plus importantes. Chaque individu utilisera des informations différentes pour tirer pleinement profit de ses efforts. Il est également raisonnable d’enregistrer toutes les autres données pour examen futur parce que l’objectif de l’entraînement est de s’améliorer, et que pour suivre ces améliorations, vous avez besoin d’une vue d’ensemble élargie sur vos performances.

Avec l’Edge 1030 que Garmin a fourni à l’équipe Trek-Segafredo, nous pouvons enregistrer des quantités d’informations pratiquement illimitées. C’est important car nous pouvons ainsi évaluer les données dans leur contexte lorsque nous examinons les courses passées. Lorsque je suis sur un vélo, cela pourra vous surprendre mais je regarde rarement la puissance, l’efficacité de couple ou même la vitesse. Pendant un entraînement et particulièrement pendant une course, ce qui m’intéresse le plus est ce que mon corps me dit, non pas mon capteur de puissance. Cependant, cela ne signifie pas que je considère que la collecte de données n’est pas essentielle pour améliorer les performances. Un des outils les plus importants pour moi est la possibilité de consulter des fichiers d’entraînements ou de courses similaires passés dans des circonstances similaires afin de comparer mon niveau de forme physique. Pour cela, vous n’avez pas seulement besoin de données de puissance, mais également de température, d’indice de fatigue, d’altitude, de fréquence cardiaque, de cadence, etc. L’utilité des informations est rarement la somme de leurs composantes individuelles. Par exemple, la puissance combinée avec la fréquence cardiaque est beaucoup plus utile que la puissance seule ou la fréquence cardiaque seule. Ces deux données réunies peuvent vous donner des informations précieuses sur le niveau de fatigue d’un athlète ou son apport calorique.

Bien que je ne sois pas un adepte de la technologie, même moi j’ai trouvé des utilisations très interessantes de mes données spécifiques sur le vélo. Les données que je surveille dépendent de l’objectif de l’entraînement. Lorsque je cours en « zone d’endurance » pour les longues distances, j’enregistre le temps, les watts, le dénivelé et la cadence moyenne. Lorsque je fais de l’entraînement fractionné, je surveille la fréquence cardiaque moyenne, la fréquence cardiaque instantanée et la puissance moyenne afin de suivre mon endurance dans des efforts continus. Pendant des sprints, j’examine le temps et la puissance maximale. Encore une fois, ce sont les données qui doivent vous être utiles. Sélectionnez les paramètres qui vous aideront à atteindre vos objectifs d’entraînement et conservez les autres données pour une évaluation future.

Même s’il est tentant de se laisser submerger par un déluge de données, lorsque je jette un coup d’œil à mon capteur de puissance pendant une ascension dans les Alpes, je m’efforce chaque jour de me rappeler que l’effort perçu est encore l’information la plus utile dans le feu de l’action. Tout cela étant dit, c’est mon intuition qui reste mon paramètre préféré.

Partager.